Mort de Cédric Chouviat : L’igpn contredis les policiers

L’IGPN ne valide pas la version des policiers !

Contrairement aux dires des policiers dans leur compte rendu initial, il y a bien eu «étranglement arrière ».
C’est la conclusion tirée par l’inspection générale de la police nationale (IGPN), chargée de l’enquête sur la mort en janvier du livreur de 42 ans Cédric Chouviat à la suite d’un contrôle routier à Paris.

Cédric Chouviat a fait un malaise lors de ce contrôle policier le 3 janvier près de la tour Eiffel, au cours duquel il a été plaqué au sol avec son casque sur la tête. Transporté dans un état critique à l’hôpital, il y est mort deux jours plus tard. D’après les premiers éléments de l’autopsie dévoilés par le parquet de Paris, les médecins ont constaté chez cet homme une asphyxie avec « fracture du larynx » ainsi qu’« un état cardiovasculaire antérieur ». Une information judiciaire a été ouverte.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.